Comment isoler une porte ?

Comment isoler une porte ?

L’isolation d’une porte, surtout la porte d’entrée, ne relève pas uniquement du domaine du confort mais il implique aussi des enjeux en matière de consommation d’énergie. Cette méthode permet de garder la température idéale, que ce soit face à la chaleur ou au froid, d’où la garantie du confort. Elle assure aussi la sérénité en limitant les nuisances sonores. Voici alors les solutions les plus courantes en terme d’isolation.

Les joints d’isolation

Pour éviter que le froid ou la chaleur ne pénètre à travers les petits interstices entre la porte et son cadrage, on a recours le plus souvent aux joints. Cette opération s’appelle calfeutrage de porte. Pour cela, on a le choix entre les joints adhésifs, les joints en silicone, en tissu ou ceux en métal.

  • Comment faire pour installer un joint adhésif

La première étape consiste à bien nettoyer la feuillure du dormant et de l’ouvrant de la porte à l’aide d’un substitut d’acétone ou de l’alcool à brûler. Cette opération a pour but d’enlever toutes traces de graisse qui pourrait nuire à la bonne adhérence des joints. Une fois le nettoyage terminé, on laisse bien sécher le tout. Afin de parfaire la surface des feuillures pour la préparer à recevoir les joints, on peut la gratter avec une brosse métallique. Cela éliminera alors les éventuelles traces de peinture ou tout autre corps étranger.

Par la suite, on procède à la pose des joints en commençant par retirer la protection autocollante de ceux-ci. On veille à bien les maroufler avec les doigts lors de l’application. Une fois arrivé à chaque angle de la porte, on coupe le joint avec un cutter.

Lire la suite

A quoi sert la feuille de pierre ?

A quoi sert la feuille de pierre ?

Comme son nom l’indique, la feuille de pierre est un papier à base de poudre de pierre qui possède des caractéristiques étonnantes. C’est un matériau de revêtement en pierre naturelle flexible.

La feuille de pierre est fabriquée à partir de véritables pierres, comme l’ardoise et le mica. Une délicate opération sur la pierre massive a permis d’obtenir ce matériau de revêtement révolutionnaire.

Deux principaux ingrédients participent à la fabrication du papier de pierre. Ce sont le carbonate de calcium et une résine plastique qui est le « Polyéthylène Haute Densité ou PEHD ».

L’exploitation du carbonate de calcium peut se faire dans les carrières. Mais on peut également utiliser de la poudre de marbre ou de craie pour la fabrication d’une feuille de pierre.  Quant au Polyéthylène Haute Densité, il a été synthétisé en 1953 par l’allemand Karl Ziegler. Il est surtout caractérisé par sa grande flexibilité et sa forte résistance aux acides.

Habituellement, le PEHD est utilisé pour la production des caisses en plastiques hautement résistantes. Il est également utilisé comme barrière d’étanchéité dans les décharges dites « Installations de Stockage de Déchets Non Dangereux » ou « ISDND ».

Comment s’obtient la feuille de pierre ?

De nos jours, Il est possible d’intégrer la pierre dans des projets d’aménagement. Afin de conserver tous les atouts de la pierre, Il est nécessaire de décoller les fines strates à la main.

Les blocs de mica ou d’ardoise ont la particularité de présenter une structure feuilletée. Cependant, dans leur état pur, ils sont difficiles à travailler et à utiliser. Un procédé technique particulier permet de débiter ces blocs en feuilles de 1 à 2 millimètres d’épaisseur.

La fabrication de la feuille de pierre se fait en deux étapes :

  • La première étape consiste à fractionner les pierres de manière fine.
  • Chaque feuille obtenue est ensuite laminée à un substrat en fibre de verre et en résine. C’est durant la deuxième étape du processus de fabrication que cette opération a lieu. Pour ce faire, un agglutinant est appliqué sur la pierre qui est réduite en micro-grains de 3 à 5 microns. En général, l’agglutinant utilisé est une résine polyester, le Polyéthylène Haute Densité. Le mélange est réalisé à hauteur de 80 % de pierre concassée et 20 % de résine. Le PEHD, en pénétrant la roche, lui donne sa solidité. Ainsi, il permet  à la feuille d’avoir une apparence aussi naturelle que possible. Le laminage se fait à 160o L’objectif de cette opération est de rendre les feuilles moins fragiles.

La sous-couche est ensuite renforcée avec de la fibre de verre : du plexiglas. Cette matière, lorsqu’elle est rétroéclairée, offre des effets de lumière très intéressants. La fibre de verre solidifie la feuille de pierre tout en lui conférant une grande souplesse. C’est cette flexibilité exceptionnelle des panneaux de pierre qui facilite sa découpe en plusieurs dimensions et permet toutes ses applications.

Lire la suite

Tout savoir sur la plante Heliconia

Tout savoir sur la plante Heliconia

Aussi surnommée « les faux oiseaux du paradis », la plante Heliconi ou « Heliconia » s’invite dans certains jardins français. Elle séduit notamment par sa forme originale et sa couleur. En outre, elle est facile à entretenir et reste un accessoire de décoration idéale, même pour ceux et celles qui n’ont pas la main verte.

Description de la plante Heliconia

La plante Heliconia se présente comme des pinces de homard. Elle est notamment très vive dans les forêts tropicales chaudes ou en Amérique Centrale et en Amérique du Sud. Ce qui ne les empêche pas d’orner depuis quelques années les jardins français.

La plante Heliconia peut atteindre les 1 à 5 m de hauteur. Tout dépend de son entretien, son emplacement et de la catégorie de plante. En effet, on peut rencontrer plusieurs types de plante Heliconia sur le marché.

  • Les différentes appellations de la plante Heloconia

La plante Heliconia  est connue vulgairement par le commun des mortels sous l’intitulé : « Pinces de crabe » ou « Bec de perroquet », ou encore « faux oiseaux du paradis ». Certains l’appellent aussi le « basilier ». En latin, elle est nommée « Helocinia ». Les scientifiques l’appellent aussi « plante Heliconi ».

Lire la suite

Tout savoir sur la chaise Mauricette

Tout savoir sur la chaise Mauricette

Si avant les chaises étaient assez banales, aujourd’hui, il en est autrement. Et cela grâce à la mode qui tient une place de plus en plus importante. Et c’est dans ce contexte qu’a vu le jour la chaise Mauricette. Un nom peu commun. Zoom sur cette chaise à l’appellation originale mais qui attire l’attention.

La chaise Mauricette

On pense toujours qu’une chaise reste une chaise. Mais il y a les chaises qui ont de noms. Et une qui sort indéniablement du lot, c’est la chaise Mauricette. Le nom est original et sonne très français. Car c’est bien le cas. Et on imagine sans mal que le nom Mauricette est un dérivé féminin du nom Maurice. Et c’est à la Maison du Monde que l’on attribue le mérite d’avoir cette chaise qui est à la fois simple mais qui en même temps se démarque des autres chaises.

Lire la suite

Comment fabriquer une penderie ?

Comment fabriquer une penderie ?

Le rêve de tout le monde est de disposer assez de vêtements pour se changer chaque jour durant toute une année. Une idée assez folle mais qui demeure réalisable pour certains. Mais quand nos précieux habits prennent le contrôle dans notre maison, on en retrouve un peu partout entreposé dans de nombreux endroits.

Et l’idéal serait de les mettre dans un même endroit. Bien sûr nous avons les fameuses armoires qui gardent bien nos vêtements à l’abri mais il y a aussi la penderie. C’est une alternative qui permet de bien ranger ses vêtements. Et au lieu de passer par des professionnels pour en fabriquer, le mieux est que vous le fassiez vous-même.

Une penderie c’est quoi exactement ?

Ce qui est à déplorer c’est que les gens cofondent la penderie à un dressing. La plupart se contente juste du fait que tant qu’on peut y ranger des vêtements donc cela passe. Notez qu’un dressing est une pièce destinée à ranger les vêtements de toutes les façons possibles.

Dans un dressing on peut trouver des étagères, des tiroirs de rangements et même une penderie. Et c’est là toute la différence. Une penderie peut être inclue dans un dressing. Ce dernier est un endroit qui peut être aménagé en sur mesure. L’intérieur peut inclure des coins et recoins variables selon les besoins de la personne et son goût.

Lire la suite

Qu’est-ce qu’un béton autonivelant ?

Qu’est-ce qu’un béton autonivelant ?

En ce début du XXIe siècle, le monde est devenu un grand chantier où la sur-construction est de mise. La course est engagée pour des travaux de construction toujours plus grands, toujours plus hauts et toujours plus imposants.

Dans cette course effrénée, dans le but de faciliter la mise en œuvre du béton sur les chantiers, des recherches étaient engagées dans le domaine de la construction.

Le problème du parfait remplissage lors du coulage du béton dans les coffrages a toujours constitué un vrai casse-tête. Une seule bulle d’air qui se forme lors de l’opération peut provoquer la création d’un vide dans la structure. Ce vide, aussi minime soit-il, va diminuer sa solidité et sa résistance à la compression.

Ce problème est partiellement résolu par l’application de vibrations au béton armé. Donc, pour éviter la formation des bulles, une aiguille vibrante est plongée dans le béton durant le coulage et avant la prise. Cependant, l’utilisation de ce dispositif vibrant nécessite du personnel qualifié, sans pour autant annuler le risque du possible défaut de remplissage.

Avant, pour obtenir un béton plus fluide, la technique consistait à rajouter de l’eau au mélange. Mais le fait d’ajouter de l’eau au béton ne fait que le rendre moins résistant.

Dans les années 1980, un béton révolutionnaire a vu le jour au Japon : le « Béton Autonivelant ou BAN ».  Ce nouveau type de béton est obtenu en ajoutant des adjuvants au béton classique. Il s’est développé en France vers la fin des années 1990. Actuellement, il est devenu une référence en matière de bâtiments industriels et de constructions agricoles.

L’appellation « Béton Autoplaçant » ou « Béton Autonivelant » vient du fait que le béton, tellement fluide, peut s’épandre et pénétrer par gravité dans les maillages fins, les semelles, les treillis ainsi que les divers ferraillages, tout en gardant ses capacités de résister aux compressions.

Les caractéristiques du béton autonivelant

Le béton « autoplaçant » ou béton « autonivelant » est également connu sous l’appellation de béton « autocompactant ». Il est caractérisé par son importante fluidité. Cette superfluidité est obtenue  grâce aux divers adjuvants qui le composent.

  • Les adjuvants

Utilisés couramment dans la fabrication du béton, les adjuvants sont des produits chimiques. Pour la préparation de cet important matériau, ces produits, ajoutés à faible dose, permettent d’améliorer certaines caractéristiques, telles que l’étanchéité ou le temps de prise du béton.

Avec les différents types d’adjuvants qui existent, il est possible d’obtenir un béton avec les caractéristiques spécifiques qu’on veut lui donner.

Lire la suite

Tout savoir sur les toits de chaume

Tout savoir sur les toits de chaume

Le toit de chaume est une technique ancienne utilisée pour assurer l’étanchéité d’une maison. Il a notamment été délaissé par les artisans et les propriétaires de maisons modernes à cause de l’apparition des nouvelles toitures comme la tôle ou les tuiles. Aujourd’hui, il est de nouveau tendance. Et pour cause, de nombreux particuliers se sont laissé séduire par les nombreux avantages qu’il présente. Voici l’essentiel à savoir sur le sujet.

Toit de chaume : qu’est-ce que c’est ?

Le toit de chaume est une toiture qui a fait ses débuts au 18e siècle en France. On le considère notamment comme une couverture écologique et efficace. Et pour cause, le toit en chaume utilise des matériaux durables et recyclables qui ne nécessitent pas de traitement spécifique en usine pour être utilisée. Le fait qu’il soit d’ailleurs respectueux de l’environnement est un des détails qui a fait sa nouvelle renommée actuelle.

  • Composition d’un toit de chaume

Pour comprendre ce qu’est un toit de chaume, vous devez en amont savoir ce qu’est le chaume. Il s’agit en fait de tige de graminée séchée. Selon les régions, et les envies des artisans ainsi que celles des propriétaires, le chaume peut être en roseau ou en paille de blé, en bruyère ou en paille de seigle, en genêts ou en jonc. Chaque matériau propose une étanchéité optimale à la maison.

Lire la suite